Paladium Launcher
TÉLÉCHARGER ET JOUER AVEC JOUEURS

Menu

Rejoins une communauté de 234,502 joueurs. JOUER

Palanews

PALANEWS-FINAL

Bonjour ! Bienvenue dans la première édition du PalaNews !
Vous devez surement vous poser la question suivante : “Hein ? Mais qu’est-ce que ce PalaNews ?”
Le PalaNews est un journal officiel réalisé par l’équipe de Rédaction de Paladium.
Dans ce journal, vous retrouverez diverses informations sur Paladium ainsi que des histoires, divers divertissements, etc...
En bref, bienvenue dans ce premier journal et bonne lecture !
Ce dernier est constitué de plusieurs parties que voici (vous pouvez cliquer sur le titre de la partie que vous souhaitez lire pour vous y rendre plus facilement) :


╔═══════════════════════════════════╗

I - La question du jour

II - Une interview avec un membre du staff : Frenchskill_

III - Une anecdote autour de Paladium

IV - La nouvelle, l’histoire de Steve sur Paladium

╚═══════════════════════════════════╝



I - La question du jour :


Commençons donc avec la question du jour !
Dans cette partie, nous répondrons à une question que vous allez choisir mais pour cette fois-ci, nous poserons une question nous-même :

“Pourquoi les sorts ne sont-ils toujours pas sur Paladium ?”

Il est vrai que les sorts sont demandés depuis assez longtemps et que plusieurs fois, l’équipe de développement a montré l’avancement de ses projets aux travers de petits spoils.
En bref, pourquoi les sorts ne sont-ils pas encore là ?

- Premièrement, ça demande beaucoup de travail. Les sorts, c’est un gros projet qui ne doit pas être pris à la légère dans le sens où ce dernier, une fois fini, peut causer beaucoup de soucis.
- Ensuite, le deuxième, c’est que cela peut apporter beaucoup de soucis au niveau des mécaniques de jeu actuelles. Les sorts risquent de transformer grandement le PVP. C’est pour cela que ce projet doit être réfléchi et non bâclé !
- Troisièmement, ce n’est pas dans nos priorités. Vous devez savoir que nous rencontrons tous les jours des problèmes qui retardent peu à peu les sorties de mises à jour intéressantes.

Maintenant, vous avez votre réponse à cette fameuse question !
Nous vous invitons à voter pour la prochaine question ici : lien strawpoll

II - Une interview avec un membre du staff : Frenchskill_


Dans cette seconde partie du journal, vous retrouverez une interview réalisée par le rédacteur Willi59 !
Aujourd’hui, nous interviewons Frenchskill_, un des Responsables Création sur son parcours dans le staff.
Bonne lecture !

"Willi : Bonjour ! Bienvenue dans la première interview du PalaNews ! Nous avons l’honneur de vous présenter un Responsable Création : Frenchskill_ ! Avant de commencer à répondre aux questions que les joueurs se posent sur toi, nous allons commencer par les présentations. Bonjour Frenchskill_, Assieds-toi et présente-toi !

French : Yo moi c'est Frenchskill_ alias Frenchoux. J'ai 18 ans, grand fan d'animées et de basket. Je suis électricien à temps plein IRL.

Willi : Question 1 : Pourquoi avoir rejoint le Anzu à l'époque de la v5.6 ?
French : Pourquoi le Anzu ? C'est pour 2 raisons ! La première est que le Anzu me rappelait un univers un peu asiatique que j'aime beaucoup ! Et la deuxième est que c'était sur ce serveur que je jouais le plus à l'époque.

Willi : Question 2 : Entretiens-tu de bonnes relations avec tes collègues ?
French : Bien sûr, je m'entends très bien avec la plupart du staff avec quelques exceptions bien entendu, on ne peut pas s'entendre avec tout le monde...

Willi : Question 3 : Pourquoi le pseudo Frenchskill ?
French : Alors déjà j’suis Belge, c'est juste une référence à Tweatz (youtubeur mc pvp) et ses #Frenchskill qui regroupaient les meilleurs joueurs pvp.

Willi : Question 4 : En quoi consiste ton boulot actuellement ?
French : Je suis actuellement responsable création, je gère beaucoup de choses comme : Les events, les quêtes, l'économie du serveur, les gros projets du genre (l'imagination d'un nouveau mod à faire dev...)

Willi : Question 5 : Peux tu nous raconter une anecdote marrante sur ton vécu dans le staff ?
French : Oui j'en ai une et c'est mon passage responsable. Alors Les deux Responsables Création avant mon passage m’ont fait un bon gros troll, ce jour-là j'étais beaucoup sollicité par des responsables (j'étais encore Super-modo) Et je trouvais cela bizarre, en fait on me sollicitait pour une seule raison, m'éloigner de mon event que j'étais en train de préparer. A cet event j'avais placé un pnj nommé "Banquier", pendant que je m'occupais d’autre chose. Les responsables création sont venus modifier mon pnj pour qu'il donne des items gratuits (du give quoi). Ils ont préparé une salle avec du soit-disant stuff "dupli" et m'ont accusé d'avoir fait le npc pour give les joueurs. En apprenant cette nouvelle je me suis dit "Attends un peu, comment aurais-je pu faire ça ?"

L’un des deux responsable me dit qu’un autre membre du staff avait vérifié les logs et avait confirmé que c'était moi. À ce moment là, j'ai bloqué XD. Puis le même responsable rédigeait le soit-disant message de mon dérank. Et pouf me voilà responsable création ! xD


Willi : Question 6 : Qu'est ce que tu fais la plupart du temps sur pala ?
French : Je surveille la warzone, cherche de la dupli ou travaille sur des projets de la création.

Willi : Question 7 : Combien de temps passes-tu sur pala ? Avant et après ton passage responsable.
French : Actuellement je dois faire une à deux heures par jour sur pala, alors qu'avant, en tant que modo-tchat, je restais co genre 8 heures sur pala non-stop, occupé à jouer et à modérer.

Willi : Question 8 : Pourquoi Paladium et pas un autre serveur ?
French : Parce que j'ai toujours joué à paladium depuis longtemps et puis je connaissais pas trop les autres serveurs hormis funcraft.

Willi : Merci à toi d’avoir pris le temps de répondre aux questions. A la prochaine pour une future interview !”

III - Une anecdote autour de Paladium :


Dans cette troisième partie du journal, vous retrouverez une anecdote autour de Paladium réalisé par le rédacteur Thibot !
C’est parti !

Vous vous êtes surement déjà posé la question suivante : “Mais pourquoi le serveur s’appelle-t il Paladium ?”
Remontons un peu dans le temps pour comprendre : c’est en 2011 qu’ouvre pour la première fois le serveur.
À la tête de celui-ci, nous avions donc (évidemment) FuzeIII ainsi que son ami FriteAuChocolat.
C’est alors que ses derniers recherchant un nom pour leur serveur, ont été inspiré par le serveur Minecraft “Iridium” (l’iridium étant un élément chimique).
C’est après avoir lu intégralement le tableau périodique des éléments de Mendeleïev que le nom “Palladium” est sorti.
Puis, pour une question de simplicité et d’originalité, un des “l” fut retiré lors de sa réouverture en 2015.

Voilà ! Désormais, vous savez tout sur l’origine du nom du serveur !

IV - La nouvelle, l’histoire de Steve sur Paladium :


Dans cette quatrième partie du journal, vous retrouverez une histoire créée par le rédacteur Febscap sur l’histoire de Steve de Minecraft sur Paladium.
Bonne lecture !


Chapitre I : Un matin


Le jour se lève… Et une fois de plus je me lève du pied gauche. Il est 4h13. J’ai du retard, il y a encore eu une coupure de courant cette nuit, et mon réveil n’a pu sonner. Cet immeuble empeste toujours autant, et difficile de garder de l’ordre dans ma piaule pas plus grande qu’une conserve de sardines… La vie de rêve que l’on m’avait promis ici n’est pas près d’avoir lieu.

Comme à mon habitude, je jette deux tranches de pain rassis au grille-pain alors que je me débarbouille. Ce n’est pas bien compliqué d’ailleurs, ma cuisine et ma salle de bain ne sont séparées que d’un rideau à demi trituré par l’usure du temps et de l’humidité. Mais c’est cet instant, celui du matin, qui m’est le plus cher. Car quand je me rince le visage et m’habille je ne souffre pas, contrairement au reste de ma journée. Une fois cuits, je tartine mes toasts de frometon et m’en va, d’une main mon déjeuner, et de l’autre ma pioche et mon casque, direction les grandes mines de Mineria.

Je vis ici depuis maintenant huit ans. J’ai dû abandonner ma famille pour venir travailler dans les cavernes sombres, mais d’une certaine façon, ça me plait, car je sais qu’un jour j’aurais assez d’argent pour l’emmener loin de cette misère. Je rêve toujours de pouvoir partir à l’aventure, à travers les sept terres, et j’y arriverais quand je pourrais me payer un billet vers la ville. On dit que de la ville on peut reprendre tout à zéro, mais bon, j’essaie de ne pas me faire trop d’idées. Aujourd’hui, je loge dans l’une des 653 chambres de mon immeuble et pas de chance, je suis au treizièmes étage. Le matin ça ne me dérange pas, mais en revenant de la mine j’ai l’impression que les marches de l’escalier sont aussi hautes que des girafes, si dures et épuisantes à enjamber. Lorsque je sors du bâtiment, je rejoins la station de tramway, au bas de la rue. Il est bientôt cinq heures, et Mineria bat déjà de son plein. Comme d’habitude, il faut se pousser pour entrer dans la rame. J’ai entendu dire qu’à la ville il y a des sièges dedans, alors qu’ici ce n’est pas le confort qui prime… Avec le temps, on oublie même ce qu’est passer une bonne journée.

Après vingt minutes sur les rails me voilà à la station Mineria-Sud, et comme tous les matins j’y retrouve Thibaut, un petit gars un peu simplet, on passe notre temps à se raconter des histoires, ça nous occupe quand on essaie de se changer les idées. Je le vis au loin me faire signe :

- Hey ! Steve, par ici ! S’écria-t-il, comment tu vas ce matin, mon p’tit pote ?

À mon habitude, je lui répondis d’un hochement de tête.

- Encore une longue et épuisante journée qui s’annonce, lui dis-je.

Pour ne pas changer, il me réconforte et me parle de cet avenir fabuleux qui, soi-disant, nous attend.

Mineria-Sud se situe à la lisière du quartier ouvrier et après cette station il n’y a plus rien, rien d’autre que des mines à perte de vue. Aujourd’hui, comme tous les jours, nous partons vers les galeries de fer avec Thibaut. Après trente minutes de marche avec tout notre attirail aussi lourd qu’un sac de sable, nous arrivons enfin au puit des mortels. Il s’agit de l’entrée de la mine de fer 47a ; si on l’a surnommée ainsi, c’est pour ne jamais oublier que nous ne sommes en sécurité nulle part. Encore moins cent mètres sous terre.

Je travaille depuis quatre mois ici, la mine 47a fait partie des plus récentes, elle dispose d’une énorme cage métallique tirée sur câbles pour descendre et monter plus rapidement des galeries. Plus le temps passe, plus les mines proches du quartier ouvrier sont asséchées, usées par le temps et puis laissées à l’abandon. Le chemin pour se rendre au travail devient de plus en plus long et éprouvant…

Arrivé en bas, je regagne le tunnel auquel j’ai été affilié et me remets à piocher les parois. Dans ces caves souterraines, tous les petits éclats et gémissements résonnent. Les vastes galeries pleines d’ouvriers au travail créent une quantité gigantesque de bruits étourdissants, ça ne fait qu’accentuer mes maux de tête chroniques.

Par chance, mon couloir est relativement meuble ; je n’ai aucun mal à creuser, ça me permet d’avancer vite et trouver plus de filons de minerais. À Mineria, nous ne sommes pas payés sur le nombres d’heures prestées, mais sur des primes quant à l’étendue de grammes de fer, de charbon ou de cuivre que nous ramenons. Alors une journée peut très bien nous rapporter gros, comme nous pouvons rentrer sans une miette, bredouille. Bien évidemment, c’est la seconde option qui arrive le plus fréquemment.

La vie est difficile ici.. Avec la fatigue liée au travail acharné, la pauvreté et la famine, atteindre les quarante ans est un exploit. Sans parler des accidents à la mine ; observer des blessés sortir des cavernes est une routine.

Après quelques temps à creuser, je suis tombé sur une zone plus solide, un coup de pioche ne suffit plus pour avancer, avec mes outils en pierre c’est ardu.


*GRONDEMENT*



Un bruit d’explosion vient de retentir juste à côté de moi, je ferais mieux de partir, les cavernes risquent d’être moins stables…

Mais en me retournant vers la sortie, je vis des pierres par dizaines chuter à l’entrée de mon tunnel, bouchant en quelques secondes mon accès vers l’extérieur.

Me voilà enfermé dans le noir...”

C’est la fin de l’histoire pour aujourd’hui ! La suite dans le prochain journal !

Voilà, c’est ici que nous nous quittons pour ce premier journal, en espérant que ce dernier vous aura plu !
Si la Rédaction vous intéresse, nous vous invitons à lire ceci
Sur ce, merci d'avoir lu et bon jeu à vous !

L'équipe de Rédaction